Pourquoi réaliser une recherche de fuite non destructive ? tout simplement car c’est une source d’économies ! Les assurances la pratiquent afin de :

Réduire le coût de recherche en évitant la réalisation de tranchées, ou la casse de murs, sols, plafonds…

Réduire le coût de réparation en n’intervenant que très localement, là où la cause a été localisée.

Réduire le coût de la remise en état : en étant intervenu localement, le périmètre du chantier s’en trouve d’autant réduit !

Augmenter la rapidité de traitement avec les techniques spécialisées est plus efficace qu’une recherche empirique incertaine.

Nos atouts

Les techniques de recherche de fuite sont nombreuses mais n’ont qu’un seul but : localiser sans casse afin de limiter les coûts de remise en état et d’augmenter la rapidité et la précision du diagnostic.

Nos recherches sont très variées : canalisations d’alimentation en eau potable, réseaux d’évacuation d’eaux usées ou pluviales, toitures terrasses, circuits de chauffage individuels, collectifs ou urbains.

Nous mettons également en évidence les infiltrations à l’aide de liquides colorés (type fluorescéine), les remontées capillaires par tests physico-chimiques des matériaux, les phénomènes de condensation dus à l’atteinte du point de rosée.

Pour les interventions dans l’habitat individuel, nos tarifs correspondent aux barèmes* des assurances, ce qui vous permet de nous faire intervenir en toute sérénité.

*Vérifiez préalablement que vous êtes couverts pour ce type de prestation !

Quelques exemples de problématiques :

Techniques mises en œuvre

Recherches extérieures

  • Pré-localisation par enregistrement acoustique

La mise en place de loggers sur un réseau étendu permet d’enregistrer les bruits minimums du réseau et donc de sectoriser la fuite.

  • Écoute électro-acoustique

Par corrélation acoustique ou par recherche de pic de bruit, l’écoute du bruit de fuite permet de localiser le lieu de sortie de l’eau.

  • Corrélation acoustique

Les « tirs » de corrélation sont réalisés après pré-localisation. Ils permettent de localiser le point fuite par méthode barycentrique depuis deux points d’écoute et d’enregistrement (telles des bouches à clé).

  • Cartographie d’humidité par sonde à neutrons

La radiographie neutronique permet d’identifier la présence d’eau dans les matériaux jusqu’à 27 cm d’épaisseur de paroi (donc 54cm sur 2 faces).Elle met en évidence graduellement les zones très humides à sèches et permet d’identifier les cheminements de l’eau. Idéale pour les terrasses, dalles, piscines, murs…

Recherches intérieures

  • Test de maintien en pression

Ce simple contrôle permet d’identifier, de quantifier et de sectoriser la fuite.

  • Recherche au gaz traceur (hydrogène)

Le gaz injecté dans les canalisations est volatile : il sort des matériaux au plus près de la fuite et nous le détectons grâce à un appareillage sensible adéquat.

  • Écoute électro-acoustique

La recherche de pic de bruit en intérieur est aussi bien utilisée comme technique de recherche elle-même, qu’en confirmation d’un diagnostic réalisé au gaz traceur.

  • Observation par caméra thermique

Les zones froides peuvent être révélatrices de présence d’humidité. L’utilisation d’appareils très sensibles aide à s’approcher de la source en pré-localisant ses effets.

  • Inspection par caméra endoscopique

Le faible diamètre et la puissance lumineuse de nos caméras permettent d’observer les zones inaccessibles.

  • Inspection avec caméra de poussée

La visite interne des canalisations d’évacuation a pour but d’identifier les zones de bouchage, de casse, de déboîtement ou de fissuration.

  • Mise en épreuve au fumigène

Lorsque le gaz traceur n’est pas utilisable, le fumigène peut s’avérer redoutable pour localiser un point de passage !

  • Mise en épreuve à l’eau

Aspersion à l’eau, naturelle ou colorée (fluorescéine), pour mettre en évidence une infiltration sur murs, dalles, toitures.